Rebecca Cathline – Fondatrice de MaCoiffeuseAfro

L’appli au Label French Tech qui a élu domicile à la Station F !


8 dates clés pour Rebecca Cathline : Entrepreneure de moins de 30 ans dans la tech !

    • Mai 2015 :  finalistes du concours « Talent du numérique » organisé par BFM business.
    • octobre 2015 : prix « coup de cœur du jury » du concours « Il n’y a pas d’âge pour créer sa boite »  organisé par l’Adie.
    • Janvier 2016 :  Ma Coiffeuse Afro est l’une des 30 startups à intégrer l’Incuba School à la CCI de Paris.

 

  • Février 2016 : ouverture du site  Ma Coiffeuse Afro

 

    • Juin 2016 : Sélection pour intégrer le programme Mercure HEC et gain du prix coup de cœur du jury.
    • Novembre 2016 : sélectionnée  par l’un des incubateurs les plus sélectifs de Paris : Le Numa.
    • Novembre 2016 : Lancement de l’application mobile.

 

  • Juin 2017 :  Ma Coiffeuse Afro fait partie des 30 startups qui intègrent le programme de la première promotion de la French Tech diversité.

 

—————————————————-

Ma coiffeuse Afro, une réponse pour un marché de niche ?

10 millions de femmes qui n’ont pas accès à 99% des salons de coiffures

Ma Coiffeuse Afro, fondée par Rebecca Cathline, est la dernière application mobile créée pour faciliter la vie des femmes noires. Quand on a les cheveux crépus ou frisés, il n’est pas facile de trouver une coiffeuse ou un coiffeur avec la connaissance nécessaire pour s’en occuper… Trouver la perle rare nécessite parfois de se déplacer à plus d’une heure de chez soi, ou accepter d’attendre des heures dans les rares salons dédiés aux femmes noires. Même en 2017. Mais plus personne n’a envie de gaspiller des heures de son temps, quand tout pourrait être si simple… Et c’est là qu’entre en scène Ma Coiffeuse Afro ! En quelques clics, l’appli vous permet de trouver coiffeuse et/ou maquilleuse, de connaître leurs tarifs, de voirs certaines de leurs réalisations.

 

Rendre la beauté accessible à toutes !
Rebecca Cathline a fondé  l’application afin que chaque femme aux cheveux crépus, bouclés puisse accéder à la beauté, avec des prestataires rigoureusement sélectionnés.  La beauté est ainsi accessible à toutes, partout, tout en profitant du confort de se faire coiffer à domicile.



Entrepreneuriat et digitale !
J’ai baigné très tôt dans l’entreprenariat. Ma mère a ouvert 2 instituts de beauté et j’y passais tous mes mercredis après-midis et week-ends, plus jeune. Pour moi, l’entrepreneuriat c’est la liberté. Je n’ai jamais réussi à entrer dans un moule, j’ai toujours eu du mal avec les parcours bien définis, CDI, les grandes boîtes”

La fondatrice de Ma Coiffeuse Afro, a débuté en tant que rédactrice web chez Truffaut, avant de faire ses armes chez Ventre privée et Jacqueline Riu. Elle profite d’une restructuration chez ce dernier pour se former sur le web marketing !

A la suite de cette formation, elle imagine Ma Coiffeuse Afro et cherche un prestataire technique qu’elle rencontrera via … Le Bon Coin ! Une prestation initiale de deux semaines qui se transformera en belle amitié entre associés.




Sa volonté : normaliser un marché !

Sa vision, dès le départ n’est pas de diversifier le monde la coiffure, mais de le normaliser.

J’avais déjà l’idée de MCA depuis un bon moment car concrètement, il était difficile de se faire coiffer. J’habitais une petite ville dans l’Essone à une heure de Paris et j’enviais mes connaissances qui avaient des mères ou des sœurs qui pouvaient les coiffer.  
Comme alternative, j’avais trouvé le Bon coin. À chaque fois, je posais les mêmes questions : « Avez-vous des photos de vos coiffures ? », « vos tarifs ? », « vos dispos ? »… J’y passais des heures et je me disais que ce serait le graal d’avoir une appli, comme celles qui existent pour réserver un taxi ou un resto.  Mais passer autant de temps quand tu es une femme noire pour trouver une coiffeuse, tout en devant  savoir si en plus elle coiffe bien, avait fini par m’irriter sérieusement (rires)/

 

Le déclic ! Une émission avec Christiane Taubira :
Je suis passée de l’idée à l’action, un jour lorsque je suis tombée sur une émission (Le supplément)  dont Christiane Taubira était l’invitée. Un chroniqueur raconte qu’elle a finalement ramené sa coiffeuse de Guyane, ne trouvant peut-être pas de coiffeuses sur Paris.
À ce moment là, je lance un regard à ma mère et lui dit  » Si Christina Taubira a le même soucis que moi, c’est qu’il y a quelque chose à faire ». Quelques jours plus tard, j’enregistre le nom de domaine « Ma Coiffeuse Afro ».



Ma Coiffeuse Afro : Nécessaire et exigeant

Aujourd’hui, je vois un marché de la beauté segmenté et c’est dommage quelque part. On me demande souvent pourquoi ma plateforme ne répond qu’aux besoins des femmes aux cheveux crépus / frisés ?En fait, je n’ai pas vraiment eu le choix. J’ai juste constaté qu’il y a un vrai problème d’offres en coiffure et maquillage, qui concerne à peu près 20% de la population (des millions de françaises). Et face à ce problème il fallait trouver une solution.
Nous souhaitons également professionnaliser ce marché, la formation est élément important, nous n’avons malheureusement toujours pas de CAP / BP en coiffure avec une option cheveux afro contrairement aux Etats-Unis et en Angleterre.
J’espère qu’il y aura de plus en plus de marques qui penseront « diversité » dans nos années futures !

 

Nouveau projet : l’entrepreneuriat au féminin

Rebecca Cathline vient de lancer le réseau « Startupeuse », pour justement accompagner des femmes dans leurs projets. Principalement pour celles qui n’ont peut-être pas le réseau, ou la formation mais qui ont la détermination !